Les transports

La Chine est aujourd’hui l’une des premières puissances économiques mondiales, statut qu’elle a acquis en 36 ans grâce en partie à des investissements dans les transports et l’infrastructure. Ce développement incroyable ne s’est pas fait en une nuit, après la proclamation de la république populaire de Chine en 1949 le réseau de transport Chinois, n’était pas une priorité pour le gouvernement qui se souciait d’avantage du secteur primaire. Ce réseau bien que moderne était extrêmement inefficient et a été la cause du blocage des mouvements de charbon depuis les mines et des bien agricoles vers les espaces urbains. Ce n’est que dans les années 80 que ce réseau devient une priorité pour le gouvernement et que de grands investissements sont alors effectués.

En 1985, 2.7 Milliards de tonnes de bien étaient acheminés à travers la Chine. La
propriété et les contrôles des différents types de transports, varient selon leur
importance et leur rôle dans l’économie Nationale :
• Le réseau ferroviaire est détenu par l’état et géré par les ministères des chemins de fer
• Le réseau maritime est détenu et géré par l’état à travers une entreprise publique le COSCO (China Ocean Shipping Company Organisation)
• Le réseau aérien est dirigé par le CAAC (General Administration of Civil Aviation of China)
• Le réseau routier et fluvial incombe à la responsabilité du ministère de la communication

C’est lors du 7ème plan quinquennal (86-90) que les transports ont été décrétés comme la priorité principale de ce plan quinquennal. Afin de financer ces investissements colossaux le gouvernement fait appel aux autorités nationale, locale et privées. Sous ce plan quinquennal la priorité était accordée à la capacité des lignes de chemin de fer existantes en particulier afin d’améliorer le transport de charbon pour arriver à une capacité de 230Mio de tonnes en 1986 (à noter que cette même année les voies de chemins de fer dans leur totalité transportent 1Mia de passagers et 1.3Mia de tonnes de cargaison). D’autres objectifs étaient la construction de 3’600km de nouvelles lignes de chemins de fer ainsi que le dédoublement de 3300km de lignes existantes et l’électrification de 4000km lignes de chemin de fer existantes.

En 1986 la Chine comptait approximativement 962’800km d’autoroutes parmi lesquels 52’000km ont été achevées entre 1980 et 1985. En ce qui concerne les routes, les principaux responsables étaient les entreprises locales. Encore une fois les investissements privés étrangers ainsi que leur expertise ont permis d’accélérer ce processus. Les autoroute Chinoises transportent 660Mio de tonnes de fret et 410Mio de passagers en 1985. A noter que ces autoroutes ont été en partie mises en place afin d’alléger la pression qui régnait sur le système ferroviaire. Il y avait toujours dans les années 80 d’autres modes de transports tels que le vélo et le transport « par animal ». L’automobile est devenue aujourd’hui un mode de transport très important en Chine.

Le réseau fluvial est pour sa part le mode de transport le plus vieux de Chine (cf. visite port hier sur la carte réseau fluvial) mais après les investissement dans l’infrastructure routière et ferroviaire ce mode de transport a perdu de l’importance même si les autorités voient le transport fluvial comme une alternative beaucoup moins chère par rapport aux routes et aux voies de chemin de fer. En 1984 la rivière la plus longue de Chine Yangtze River avait un total de 70’000km de voie maritimes praticables et est devenue la ligne la plus occupée du pays transportant 72% du trafic fluvial Chinois.

Le transport maritime a également un place très importante du fait de la politique d’exportation Chinoise depuis les années 80 comme nous l’avons pu constater lors de notre visite du port de Shanghai aujourd’hui plus grand port du monde.

Le transport aérien prend réellement de l’ampleur en Chine dans les 3 dernières décennies. Des réformes ont amené à la construction et au réaménagement de plusieurs aéroports toujours pour souligner son ouverture vers le monde après plusieurs décennies d’isolation. En 1987 la Chine comprend plus de 229’000 km de routes aériennes domestiques et 94’000 km de routes internationales. Cette année le réseau aérien a connu une croissance de 40% par rapport à l’année précédente. Le CAAC comprend 274 itinéraires aériens et 33 vols internationaux vers 28 villes dans 33 pays. Ainsi que de 200 routes domestiques.

Pour conclure l’un des enjeux principaux de ce développement phénoménal a été l’ouverte économique de la Chine au monde, réagir à une urbanisation toujours plus conséquente par la mise en place de transports efficaces et adaptés aux besoins futurs et présents de la Chine. Un des bémols à ce développement effréné sont les conséquences environnementales à savoir la pollution de l’air, des sols et de l’eau.

Jean-Michel et Matteo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>