A la découverte de la “vraie” Chine

C’est fort d’une expérience de plus d’une semaine dans la « High Society» de Chine et de quelques maux de ventre (pour certains d’entre nous) que nous nous levons ce dimanche 21 Juillet (à 6 heure du matin) pour partir à la conquête d’une Chine que nous ne connaissons pas encore du tout : la vraie Chine !

Nous commençons par nous rendre en « TGV Chinois » à Yiwu pour y découvrir le principal « Trade Mart », l’endroit où le monde entier peut venir s’approvisionner en toutes sortes de produits (matelas gonflables, montres, bijoux, hélicoptères qui sont censés voler…, bref tout ce qu’on veut et ce qu’on ne veut pas !). Lors du trajet en train, plusieurs éléments frappent : le nombre de personnes à la gare qui ressemble littéralement à une fourmilière (cf. photo ci-dessous prise à 8 heures du matin), le niveau de propreté de la gare (dont nos chers CFF ne peuvent que s’inspirer (!)), le fait que toutes ces personnes trouveront une place dans un train qui s’avère…luxueux. En effet, nous sommes très étonnés de la place dont chaque passager dispose à l’intérieur des wagons et du standing offert par ceux-ci. Le prix du ticket nous surprend également énormément à tel point que plusieurs d’entre nous lâcherons un gros « Oh my God » (pour être diplomate) lorsque Marc nous en fera part : 90 Yuans par personne pour 1000 Kilomètres pour un ticket de 2ème classe, ce qui fait environ…15 francs suisses et cela pour un confort presque digne de la première classe suisse. Notons quand même que ce prix est contesté en Chine car il est vu par certaines personnes comme « trop élevé ». Quant à nous, nous restons hallucinés : quel exemple ! Nous nous demandons comment tout cela est possible. L’hypothèse du « marché de masse » est bien sûr privilégiée, l’investissement de base étant colossale mais pouvant être amorti (vraiment ?) vu le nombre de personnes empruntant quotidiennement les transports publics ici (rappelons que la majorité de gens travaillant en ville effectuent environ 3 heures de train quotidiennement pour se rendre au travail le matin et rentrer au bercaille le soir). Ce qui est certain en tout cas est que le gouvernement investit « à fond » dans le développement des chemins de fer et nous, ça nous marque !

20130723-001132.jpgHongqiao Railway Station à 08:00

Nous arrivons, 11 heures tapantes, à Yiwu : plus de 40 degrés, de la climatisation presque nulle part (sauf dans le bus), nous prenons un bus public (dont les arrêts sont traduits en anglais !) pour nous rendre dans un énorme bâtiment non climatisé regorgeant de centaines de petites boutiques vendant toutes sortes d’objets et produits que nous pourrions retrouver dans les grands magasins européens : bienvenu à « l’International Trade Mart » de Yiwu!

20130723-002306.jpgL’un des milliers de stands du centre d’achat de Yiwu

Avec cette chaleur intense, l’après-midi s’annonce rude, d’autant plus que nous n’allons pas chômer : Marc nous a chargés de nous faire passer pour des grands traders étrangers afin de négocier des containers entiers du produits que l’on veut pour pouvoir « poser un prix » à cette marchandise. Première constatation : négocier l’achat d’un produit en pièce unique est impossible : ici, c’est par centaines ou par milliers, sinon RIEN. Et puis on se rend compte que ces « petits Chinois » sont assez malins : ils savent que nous, petits européens sommes prêt à mettre un certain montant pour quelque chose que l’on veut vraiment. Ils ne cèdent pas. Par contre, lorsque nous entrons en négociation pour une grande quantité de produits, ils deviennent tout de suite beaucoup plus amicaux : Nichos et son team se font ainsi passer pour des acteurs hauts placés dans les stations d’essences polonaises, cherchant à acquérir des « balles en gommes » pour les petits. Ils obtiennent 5000 unités au prix unitaire (6.8 Yuans) qu’une personne aurait payé pour 10’000 unités, avec un délai de livraison de 2 mois, le tout livré en Pologne. Ils sont contents (…). Charly et son team eux négocient des ordinateurs pour enfants : ils parviennent à baisser de beaucoup le prix car ils se rendent compte que la marge du produit (à l’unité) est affichée sur la boîte du produit en question ! Ils commencent par fixer un prix au-dessous de coût de production : la réponse négative est immédiate. Ensuite, ils s’amusent à proposer un prix pour lequel les retailers ne feraient aucune marge : à nouveau, la réponse est négative. Pour finir, ils fixent un prix pour lequel la marge est de 2 yuans par unité et les revendeurs acceptent pour un coût d’achat total de 100’000 francs suisses. Reste à trouver un moyen de « s’enfuir » car évidemment personne ne possède ces 100’000 francs ! Finalement, l’équipe fixe un rendez-vous au retailers à 16h00 pour « fignoler les derniers détails », rendez-vous auquel ils ne se rendront, bien sûr, jamais…

20130723-002046.jpg“L’ordi” négocié par Charly et son team

20130723-001631.jpgUne découverte au Trade Mart, quand on parlait de choses utiles…

Après un diner sur place (ou « déjeuner » pour nos amis Genevois…) à moins de 2 francs suisses et d’intense négociations toute l’après-midi, nous repartons pour la gare direction Hangzhou. A noter que Nicholas et Kevin manquent de se tuer environ 8 fois en 20 minutes de taxi(…). Les Chinois ont effectivement leur manière « bien à eux » de conduire, manière qui leur vaudraient plus d’une insulte (si pas plus) sur les routes de notre « chère et très tendre » petite Suisse.

Après une heure de voyage dans un train (toujours aussi luxueux), nous arrivons vers 18h30 à Hangzhou, ville de seconde catégorie (il y a 4 catégories de ville en Chine, Shanghai est dans la première) de plus de 8.7 millions d’habitants : en résumé la population de la Suisse dans une ville qui est un véritable « chantier » (voyez la vue qu’on l’on a depuis notre chambre d’hôtel). Et pourtant, nous sommes bien dans la province la plus riche de Chine. En effet, c’est ici que nous trouvons les personnes les plus fortunées de Chine. La relation entre le « chantier » et l’argent est claire : c’est ici que ça se passe maintenant! Tout se développe à une vitesse fulgurante dans ces villes de « seconde catégorie », il y a énormément d’argent à faire (mais il faut avoir le courage d’y venir car les conditions de vie ne sont pas faciles pour un petit Européen tout « douillet » ou même pour un Chinois ayant grandi dans une ville de « catégorie 1 »). Notons que le développement de ce villes de « type 2 » est tel que l’industrie du luxe en Chine est davantage performante dans ces villes que dans les villes de type 1 (Pékin, Shanghai, etc…). Nous pouvons également nous rendre compte du potentiel des lieux en écoutant les « sages » de l’équipe, Marc et Maia (l’abeille) qui ne cessent de répéter « mais ça, y’avait pas l’année passée !! » C’est dire l’avenir qu’il y a ici…

.

20130723-002535.jpgLa ville de Hangzhou : un CGV, « chantier à grande vitesse »

Vers 19h30, nous arrivons à l’hôtel et une grande partie de l’équipe se rend… au Mc Donald pour y savourer un repas « enfin sain » (certains d’entre « saturent » de cette nourriture chinoise composée essentiellement d’œufs et d’ognons). Antoine, qui se rend occasionnellement au MC DO en Suisse, verse presque une petite larme de joie en croquant dans son Cheeseburger royal alors Marc pose fièrement en photo avec son Big Mac qui « ressemble tellement à la photo ».

20130723-224312.jpgMarc & the “perfect” Big Mac

Le soleil se couche et nous aussi, exténués par cette journée éprouvante mais, une fois de plus, tellement enrichissante. La Chine, elle, ne dort jamais. Finissons par les mots de la majorité des orateurs que nous ayant eu la chance d’écouter durant ces dernières dix journées, mots qui traduisent bien le sentiment que nous nous faisons de cet endroit après seulement une journée passée ici: « la Chine progresse vite, très vite…»

One thought on “A la découverte de la “vraie” Chine

  1. Stefania

    Que de souvenirs!!
    Ravie de voir que cette année encore notre cher Marc a réussi son paris.
    Bon séjour à tout le monde et profitez bien malgré, j’en suis sure, le planning très chargé!

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>