Monthly Archives: July 2012

Le Marathon, bis…

Jeudi 26 juillet. Pour commencer ce post, pardon… A tous ceux qui ont (très) rapidement pris l’habitude de prendre de nos nouvelles en fin de journée et qui ont dû être surpris par l’absence de délivraison de post dans le timing habituel. J’avoue, je suis sortie. Parce que le quartier dans lequel nous avons été souper était très sympa, parce que je n’avais pas encore eu l’occasion de découvrir un peu la vie nocturne à Shanghai depuis notre arrivée et parce que je suis convaincue que ce genre d’occasion est plus propice aux discussions personnelles, donc à la découverte de l’autre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici donc l’explication du décalage de mes publications. Bref, concernant cette journée du 26, je crois que je regrette l’intitulé de ma troisième publication portant sur le marathon du mardi parce que nous n’avions finalement encore rien vu. En effet, si nous savions grâce au planning de Marc que nous commencions la journée à 8h00 avec la présentation d’un professeur passionnant portant sur la recherche et le développement en Chine, nous étions loin de nous douter, malgré les visites annoncées sur ledit papier, que nous terminerions 12 heures plus tard. D’où mon titre un peu réchauffé, certes, mais tout à fait adéquat pour cette nouvelle journée (promis, il n’y aura pas de ter. Enfin, j’espère…).

Bon, comme je viens de vous le dire, la journée débute avec un cours jusqu’à 09h30. Ni une, ni deux, nous sortons rapidement de la salle de conférence de l’hôtel pour rejoindre notre chauffeur (soit dit en passant jugé parfois un peu téméraire pour nous, conducteurs habitués au respect bien suisse des règles de conduite et à la rareté des pratiques ici constantes des queues de poisson et coups de klaxon appuyés pour signaler le dépassement) et nous laisser guider vers la première visite de la journée chez Novartis. Pour la petite histoire, et parce que cette fois je n’étais pas concernée (croyez-moi c’est plutôt rare concernant la ponctualité et le respect des emplois du temps), pas de retard à constater pour notre départ. Juste une personne absente. Non, vous ne saurez pas qui c’était ; je ne suis pas une balance. Et non, vous ne saurez pas non plus les raisons de son absence. Le fait est que, dans une ville de plus de 20 millions d’habitants, il a dû rivaliser de sens pratique et de débrouillardise pour parcourir par ses propres moyens la moitié de Shanghai et nous rejoindre, quelques heures plus tard, pour la suite des visites.

Mais je m’égare… Nous voilà donc nous, les participants zélés et ponctuels (oui, c’est tout petit, je sais) arrivés à Novartis et prêts, une fois les cafés servis et les biscuits engloutis, à suivre une présentation passionnante (que je vous épargne cependant ici… Non, non, ne me remerciez pas !)

pendant que d’autres prennent du bon temps (mais je vous donne raison, nous sommes là avant tout pour travailler) Enfin… Si les visites du mardi se sont avérées tout aussi intéressantes, il est d’importance de vous rapporter ici que nous sommes accueillis dans les firmes de cette nouvelle journée bien remplie comme des invités de marque. Pour preuve, Nestlé nous fait l’honneur de goûter un de ses nouveaux produits, une « glace-banane ». Le concept est simple : il s’agit de « peler » la couche supérieure (faite d’une espèce de gélatine bizarre qui a eu raison des précautions des musulmans et des végétariens les plus pratiquants…) avec les dents (performance assez difficile à réaliser pour être honnête) afin de découvrir la glace cachée au milieu. Une expérience des « goûts chinois » en matière de sucreries intéressante mais que la plupart d’entre nous ne réitérera pas.

La fin de la journée se déroule en compagnie de Swissnex, entreprise dont les missions principales consistent notamment à promouvoir les compétences suisses en matière de science, technologie, innovation et culture dans plusieurs pays, favoriser les échanges d’étudiants et chercheurs, créer des opportunités pour ces derniers de s’intégrer au sein de nouveaux marchés et faciliter la coopération sino-suisse. La première partie en leur compagnie se déroule au sein de leurs locaux et s’avère spécialement organisée pour nous. La seconde, en revanche, nécessite le déplacement dans un quartier où se situe un nombre assez impressionnant de galeries d’art entourant un parc magnifique.

Et là… pour la première fois de la journée, nous avons un moment pour nous détendre, qui plus est dans un endroit vert. Avant donc de débuter la dernière activité du jour (une excellente présentation, dans une de ces galeries, sur la façon dont notre appréhension de la nature est culturellement ancrée – rien à voir avec l’économie, on est d’accord ! – suivie d’un barbecue et de chouettes rencontres), nous profitons d’aller faire quelques courses indispensables à notre survie (chewing-gums, cigarettes, boissons, la base quoi !) et, surtout, d’aller simplement nous relaxer.

Le Mahjong…

(Je sais, mon titre est dépourvu d’inspiration et pire que les précédents… mais là, j’ai beau essayer d’y réfléchir depuis un bon moment, ça ne vient pas…)

Mercredi 25 juillet. 8h00 pour les uns, 10h00 pour d’autres. Peut-être un peu plus tard pour les moins matinaux d’entre nous (ou les « couche-plus-tard ») qui ont eu la chance de décrocher leur entretien dans l’après-midi et peuvent donc profiter de cette première journée de travail en groupes pour se reposer un peu avant de rencontrer l’un des managers des entreprises qu’ils doivent investiguer (ah oui, les quatre groupes constitués avant notre départ ont entre autres missions de rédiger un rapport d’analyse sur les différences de management en Suisse et en Chine, respectivement chez Ikea, Mediamarkt, C&A et Toys « R » us).

Je décide pour ma part d’intégrer le groupe « Mediamarkt » (j’avais besoin d’acheter des écouteurs pour mon I’pod…). Si les observations ainsi que l’entretien effectués par ce groupe (ainsi que les autres) peuvent sembler techniques et donc peu pertinents à restituer dans ce type de publication, sachez qu’ils se sont révélés extrêmement intéressants et riches d’enseignements.

Je saute cependant à pieds joints sur cette longue et très importante partie de la journée pour vous parler brièvement de l’activité collective prévue par Marc à 17h00, le cours de Mahjong. L’adresse du lieu de rencontre nous est donnée le soir précédent. Un peu en avance, certains d’entre nous allons repérer les lieux. Nous pénétrons dans un grand bâtiment et découvrons une cour intérieure sur laquelle donnent plusieurs petits (en général très petits) appartements. L’atmosphère qui se dégage de ces lieux nous donne l’impression d’arriver « chez l’habitant », de nous sentir privilégiés de pouvoir pénétrer cet endroit.

Ce sont quatre personnes d’une association donnant des cours de langue qui nous accueillent pour dispenser ce cours. Quelques bases théoriques nous sont dispensées dans une salle avant que les participants se répartissent en groupes pour tester ce nouveau jeu sous l’œil attentif et bienveillant de quatre enseignantes très patientes.

Si je comptais au départ vous restituer les contours du Mahjong, ses règles et peut-être même quelques stratégies, je dois reconnaître que je me suis trop amusée à observer les visages interrogateurs et perplexes des joueurs se voyant assénés de règles visiblement peu claires pour eux au début de l’activité.

Sachez donc simplement que ce jeu ressemble de manière tout à fait surprenante au rami, mais avec des jetons marqués de différents symboles parfois difficiles à différencier les uns des autres

que la préparation du jeu est presque plus compliquée que le jeu lui-même (le déplacement des jetons en rangées, serrés les uns contre les autres, est une étape délicate de cette mise en place)

mais que tout le monde s’est follement amusé (même s’ils ont l’air très concentrés…) dans ce petit appartement très chaleureux.

Sieste "à la chinoise"

image

Après quatre jours à Shanghai, nous avions déjà pu nous rendre compte de nombreuses différences entre la Chine et la Suisse. Mais nous n’étions par contre pas encore au courant de la manière dont certains Chinois se reposaient après une dure journée de labeur. La photo ci-dessus en est une preuve parfaite. Bref, la Chine est véritablement une destination renversante !